Congo : 46,5 millions de dollars pour renforcer la gouvernance et soutenir la gestion participative des forêts

0
361

Le Groupe de la Banque mondiale a approuvé, le 9 mai 2017 à Washington,  une allocation de 40 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) et un financement additionnel de 6,5 millions de dollars en provenance du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) pour, d’une part, appuyer les efforts du gouvernement dans le domaine de la gouvernance et, d’autre part, renforcer les initiatives de gestion participative des forêts, a rapporté un communiqué de presse parvenu à Pagesafrik.

Cette source indique que le représentant résident de la Banque mondiale en République du Congo, Djibrilla Issa, a déclaré que «Ces financements permettront à la Banque mondiale de répondre à l’appel du gouvernement pour l’aider à opérer les réformes nécessaires, notamment dans le secteur public, afin de créer un environnement propice à une croissance durable, en harmonie avec le patrimoine naturel et forestier du Congo »,

En effet, la première allocation de 40 millions de dollars permettra de lancer le Projet de réformes intégrées du secteur public (PRISP) dont la mise en œuvre couvrira la période 2017-2022. Le projet vise à améliorer la gestion du secteur public et la transparence.

«Ce projet s’attachera notamment à améliorer la collecte des recettes propres, y compris les recettes forestières, renforcer la gestion de la dépense publique, appuyer la mise en œuvre de la réforme des marchés publics et de l’État, ainsi qu’à renforcer la transparence et la responsabilité publique », précise le chargé de ce projet à la Banque mondiale, Jean Mabi Mulumba.

Les 6,5 millions de dollars restants, apporteront un financement additionnel au Projet forêt et diversification économique (PFDE), mis en œuvre de juillet 2017 à juillet 2021 afin d’accroître les acquis du projet. Julian Lee, chargé de ce projet à la Banque mondiale explique que «ce financement additionnel permettra d’augmenter le nombre de membres des communautés locales et des peuples autochtones bénéficiant de microprojets en agroforesterie, avec un accent particulier sur les communautés vivant autour des parcs nationaux de Ntokou-Pikounda et Nouabalé-Ndoki. Il permettra aussi de mettre en place une structure de gestion du parc Ntokou-Pikouda, d’appuyer le développement de l’écotourisme au parc national Nouabalé-Ndoki et d’appuyer la lutte anti-braconnage au niveau national ».

Le PFDE est mis en œuvre depuis mars 2013 avec un financement initial de 32,6 millions de dollars, dont 22,6 millions de dollars du gouvernement et 10 millions de dollars des fonds IDA.

LAISSER UN COMMENTAIRE