Congo. 1957 « LE TRIO B.E.ROS » ou l’Embryon du Rock-A-mambo

0
304
Essous, Rossignol et Henri Bowane.

RETRO. Le 2 janvier 1957, les dissidents de l’orchestre Ok Jazz depuis le 27 décembre 1956 notamment ESSOUS – LANDO « Rossignol  » – PANDI adhérent à la Firme « Esengo  » de l’éditeur grec Dino Antonopoulos où ils sont accueillis par Henri Bowane qui vient lui aussi de quitter les éditions « Loningisa » pour prendre la direction artistique chez « Esengo ».

Il faut immédiatement commencer les enregistrements en attendant la création d’un orchestre solide.  » LE TRIO B.E.ROS (diminutif de Bowane – Essous – Rossignol) est donc l’appellation retenue pour signer les premiers disques.

LE « TRIO B.E.ROS » est accompagné d’excellents musiciens comme : Eugène Ngoyi « Gogen » (guitariste), Leon Nzambe « Sathan » (chanteur), Saturnin Pandi (percussions), Alphonse Epayo, Maproco (saxophoniste), etc. (Nino Malapet, quant à lui, se trouvait encore dans l’Ok jazz, avant de rejoindre le  » TRIO B.E.ROS » dans la même année et de former le Rock-A-Mambo dont il en devient le chef).

Au beau milieu de la Rumba, la Firme « Esengo » et le « TRIO B.E.ROS » posent les jalons avec des titres qui bénéficient d’arrangements dont la conception démontre un ferme désir de s’évader hors des sentiers battus. Tels que : « Caramba senorita », « Marie Petro », « Tour de ville », « Santa Lou », « Ya Mwele », etc.

Certains titres ont connu la participation en studio de Marie-Isidore Diaboua, Jacques Pella « Lamonta » et Liberlin de Soriba Diop qui ont continué à entretenir avec leurs anciens collègues du CDJ (Essous et Pandi) des relations tout à fait fraternelles.

Ci-après « Mambo la Roffia », une composition du guitariste Eugène Ngoyi « Gogène » et le TRIO BEROS » en 1957.

Clément OSSINONDE

LAISSER UN COMMENTAIRE