Bénin: le FMI approuve un décaissement de 125 millions de dollars

0
192
DR

Le Fonds monétaire international (FMI) a achevé la sixième et dernière revue des résultats économiques du Bénin dans le cadre d’un programme appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC), ouvrant ainsi la voie au décaissement d’environ 125 millions de dollars.

En achevant la sixième revue, l’institution de Bretton Woods a approuvé aussi la demande par les autorités d’une augmentation de 61,4 % de la quote-part du Bénin (environ 103,3 millions de dollars) de l’accès aux ressources au titre de l’accord FEC afin d’aider les autorités à faire face aux besoins de financement urgents liés aux efforts qu’elles déploient pour maîtriser la propagation de la COVID-19 et en atténuer les répercussions économiques et sociales.

Selon Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI, « la forte dynamique de croissance du Bénin a été stoppée par la pandémie de COVID-19 et la fermeture des frontières avec le Nigéria ». Il pense que la croissance devrait fléchir et les perspectives sont très incertaines.

Cité dans un communiqué du Fonds, il a jugé fondamental de gérer les finances publiques de manière saine et transparente, estimant qu’« un suivi rigoureux et un audit ex post de l’exécution des nouvelles mesures renforceront la responsabilisation et veilleront à ce que les fonds supplémentaires sont dépensés comme prévu ».

Il a en outre ajouté que, « sur le front des réformes économiques, les autorités doivent continuer de chercher à moderniser l’économie béninoise, surtout en en diversifiant la structure, en améliorant le climat des affaires et en renforçant le secteur bancaire ».

Dans tous les cas, Mitsuhiro Furusawa a noté que « les résultats obtenus dans le cadre de l’accord au titre de la FEC sont restés très satisfaisants, établissant de solides antécédents ».

Selon lui, tous les critères de réalisation quantitatifs à fin décembre 2019 et tous les repères structurels sous revue ont été observés.

Martin Kam

LAISSER UN COMMENTAIRE