Beaucoup d’entreprises tardent à adopter les TIC nécessaires

Les nouvelles technologies sont encore sous-utilisées dans les entreprises, selon l’OCDE

0
285

Les nouvelles technologies sont encore sous-utilisées dans les entreprises, a relevé l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un récent rapport.

A en croire l’OCDE, l’adoption des technologies, matériaux et processus de pointe par les entreprises doit s’accélérer pour que les pays puissent pleinement en concrétiser le potentiel en termes de gains de productivité.

« Le développement et la mise en œuvre des technologies est surtout l’apanage des grandes entreprises, mais même dans celles-ci, les nouvelles technologies sont sous-utilisées et pourraient apporter une contribution beaucoup plus importante », selon ce rapport.

Intitulé « The Next Production Revolution: Implications for Governments and Business », le rapport met en évidence les effets possibles de diverses évolutions technologiques dans la production – qu’il s’agisse de l’impact de l’impression 3D sur l’environnement, des systèmes numériques autonomes ou encore des dernières avancées de la biotechnologie industrielle.

Dans ce rapport, l’OCDE appelle les pouvoirs publics à « mobiliser le potentiel des progrès technologiques au service de la croissance économique, de l’amélioration des niveaux de vie et de la durabilité environnementale, tout en maîtrisant les risques et les perturbations qui accompagneront cette prochaine « révolution de la production ».

Cette institution est persuadée que les décideurs ont un rôle essentiel à jouer dans la mise en place des conditions propices à l’adoption des nouvelles technologies et à l’assimilation des nouveaux savoirs, en particulier dans les petites entreprises, a-t-elle indiqué dans son portail offciel.

Mais pour cela, a-t-on indiqué dans ce rapport, « il leur faut agir sur de multiples fronts et notamment encourager le développement des compétences tout au long de la vie et une interaction plus étroite entre le monde de l’entreprise et l’éducation, améliorer les conditions de création et de développement des entreprises, et mettre à disposition les infrastructures dont les entreprises ont besoin pour utiliser les technologies numériques de pointe ».

Le rapport a estimé aussi essentiel d’appuyer l’intensification de la recherche et du développement technologique, et de créer des organismes chargés de favoriser la diffusion de l’innovation technologique.

Il faut dire que la diffusion des technologies peut être lente ou partielle même dans les économies les plus avancées. Comme l’a relevé une enquête citée par l’OCDE et réalisée en 2015 auprès de 4 500 entreprises allemandes, seulement 4 % d’entre elles avaient alors mis en œuvre des processus de production numérisés et connectés ou envisageaient de le faire.

Pour l’OCDE, beaucoup d’entreprises tardent à adopter les TIC nécessaires pour effectuer la transformation numérique de la production industrielle. Et pour cause, « L’informatique en nuage, la gestion de la chaîne d’approvisionnement, la planification des ressources de l’entreprise et l’identification par radiofréquence (qui permet d’automatiser le suivi des processus et des objets) demeurent encore beaucoup moins répandus que les réseaux haut débit ou les sites web », a-t-on relevé dans ce rapport.

Avec CP

LAISSER UN COMMENTAIRE