Banque mondiale : Les financements climatiques ont atteint un record de 20,5 milliards de dollars sur l’exercice 2018

0
564
Ph DR.

La Banque mondiale a annoncé dernièrement avoir dépassé son objectif de financements climatiques, soulignant que l’aide financière consacrée à ce volet a représenté 32,1 % du total de ses financements au cours de l’exercice 2018.

« Avec un montant record de 20,5 milliards de dollars, le Groupe a ainsi déjà dépassé l’objectif qu’il s’était fixé en 2015 : faire en sorte que 28 % de son volume de prêts soutienne l’action climatique à l’horizon 2020 », a souligné l’institution.

Outre le fait d’avoir dépassé ses objectifs, la BM se réjouit également d’avoir « transformé notre manière de travailler avec les pays, et nous constatons aujourd’hui qu’une vaste transition s’opère vers l’utilisation des énergies renouvelables, des systèmes de transport écologiques et résilients, une agriculture climato-intelligente et des villes durables », a souligné sa directrice générale de la Banque mondiale, Kristalina Georgieva.

Pour la banque mondiale, cette amélioration est le résultat des efforts déployés par l’ensemble de l’organisation pour intégrer systématiquement l’enjeu climatique dans tous ses projets de développement.

Dans un communiqué, l’institution financière a précisé que cette hausse des financements climatiques a permis « de produire ou d’injecter sur les réseaux d’électricité 18 gigawatts supplémentaires provenant de l’exploitation des énergies renouvelables, et de mobiliser plus de 10 milliards de dollars pour les énergies propres; d’élaborer 22 programmes d’investissement dans l’agriculture climato-intelligente, au profit de 20 pays ainsi que d’investir 784 millions de dollars dans des systèmes de transport climato-résilients. »

L’évolution des financements climatiques a aussi permis « de donner accès à des informations climatiques fiables et à des systèmes d’alerte avancée grâce auxquels 38 millions de personnes, dans 18 pays, pourront mieux faire face à des catastrophes naturelles dont la fréquence et l’intensité s’accroissent », a ajouté la BM.

Martin Kam

LAISSER UN COMMENTAIRE