Baisse des prix des produits alimentaires à l’échelle mondiale

0
433

Selon les chiffres publiés par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les prix mondiaux des produits alimentaires ont chuté en octobre atteignant leur plus bas niveau depuis mai.

L’indice FAO des prix des produits alimentaires, qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de denrées alimentaires, a baissé pour le cinquième mois consécutif.
Des données de l’agence onusienne, il ressort qu’il a affiché une moyenne de 163,5 points au cours de ce mois, correspondant à une baisse de 0,9% par rapport au mois de septembre 2018.
Par rapport à la même période de l’année 2017, il apparaît que l’indice FAO a perdu environ 13 points, ce qui représente un recul de 7,4%.

« Ce recul s’explique par la baisse des prix des produits laitiers, de la viande et des huiles, qui a plus que compensé une flambée des prix du sucre et une augmentation plus modérée des prix des céréales », a souligné l’agence.

Dans un communiqué, l’organisation a indiqué que l’Indice FAO des prix des produits laitiers a perdu 9,2 points, soit une chute de 4,8% par rapport au mois précédent.

La chute des cours de tous les produits laitiers figurant dans l’indice a fait « reculer l’indice global de 15,3% par rapport à sa valeur au même mois l’année dernière et de 34 pour cent par rapport au niveau record atteint en février 2014 ».

En ce qui concerne l’Indice FAO du prix de la viande, il a baissé de 2,0% depuis septembre, en raison d’une très bonne disponibilité à l’exportation. D’après la FAO, il s’est établi en moyenne à 161,6 points en octobre, correspondant à 3,3 points de moins qu’au mois précédent et à 11 points de moins que sa valeur enregistrée il y a un an.

S’agissant de l’Indice FAO des prix des huiles végétales, les chiffres présentés par l’organisation font état d’une baisse d’1,5% (recul de 2 points), prolongeant pour la neuvième fois consécutive la tendance baissière qui aurait atteint ainsi son plus bas niveau depuis avril 2009.

Ce recul « s’explique principalement par le fléchissement des cours de l’huile de palme, lui-même dû à l’abondance durable des stocks détenus par les principaux pays exportateurs, dans un contexte mondial de faible demande à l’importation », a noté l’agence soulignant en revanche que les prix internationaux de l’huile de soja ont légèrement rebondi alors que ceux de l’huile de colza ont bénéficié d’une réduction des disponibilités dans l’Union européenne.

Quant à l’Indice FAO des prix des céréales, les données statistiques récoltées par la FAO font état d’un rebond principalement en raison de cotations plus fermes pour le maïs en provenance des Etats-Unis.

Il s’est établi en moyenne à 166,3 points en octobre, soit un rebond de 2,2 points équivalant à 1,3% par rapport à septembre et une hausse de 13,6 points correspondant à une progression de 8,9% en glissement annuel.

D’après la FAO, la plus forte progression est à mettre au compte du maïs des Etats-Unis, dont les cours ont été soutenus par de fortes exportations. « Les prix du blé ont également progressé, principalement en raison du resserrement des projections de disponibilités, qui s’explique en particulier par la dégradation des perspectives de récoltes en Australie », a-t-elle relevé.

En revanche, l’organisation a noté que les prix du riz ont chuté à cause notamment des fluctuations de change qui ont pesé sur le Japonica et d’autres variétés parfumées.

En raison principalement de perspectives de production plutôt négatives dues au climat en Inde et en Indonésie, l’Indice FAO du prix du sucre s’est établi en moyenne à 175,4 points en octobre. Il a gagné 14 points de plus qu’en septembre, ce qui représente une progression de 8,7%.

A en croire la FAO, les informations faisant état d’une plus grande production de canne à sucre au Brésil, utilisée pour produire de l’éthanol, laquelle production aurait aussi contribué à cette hausse pour le deuxième mois consécutif.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE