Baisse des prix des principaux produits alimentaires à l’échelle mondiale

0
515

L’Indice FAO des prix du sucre a chuté de 10,9% pour atteindre son plus bas niveau depuis mai 2016

A en croire l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), les prix mondiaux des produits alimentaires ont connu une baisse au cours du mois de mars.
« L’Indice Fao des prix des produits alimentaires affichait une moyenne de près de 171 points en mars, soit une baisse de 2,8% par rapport au mois précédent », a annoncé l’agence onusienne, soulignant néanmoins qu’ils restent à 13,4% au-dessus du niveau enregistré l’année dernière.
Les prix de plusieurs produits alimentaires suivis par l’organisation auraient ainsi chuté au cours de cette période « face à la large disponibilité des stocks et à des prévisions faisant état de récoltes abondantes », a noté la Fao.
C’est le cas des céréales et des huiles végétales dont l’Indice Fao des prix a reculé respectivement d’1,8%, soit presque le même niveau que celui de mars 2016, et de 6,2%.
S’agissant des cotations d’huile de palme et de soja, l’agence fait également état d’une tendance à la baisse en mars dernier, après qu’elle ait revu à la hausse les projections en matière de production.
« Les cotations d’huile de colza et de tournesol ont elles aussi baissé, en raison de prévisions faisant état d’une disponibilité plus importante que prévue », a-t-elle fait observer.
Face à la faiblesse de la demande d’importations et à l’entrée prévue de larges réserves brésiliennes de sucre sur les marchés mondiaux, la Fao a également noté la baisse de l’Indice Fao des prix du sucre de 10,9%. Il aurait ainsi atteint son plus bas niveau depuis près d’un an (mai 2016).
Cette évolution serait due aux bonnes récoltes des dernières années et à une lente familiarisation des ménages à la production de bioéthanol, a expliqué l’institution dans un communiqué.
Bien qu’il demeure bien au-dessus de son niveau de l’année 2016,  l’Indice Fao des prix des produits laitiers a connu aussi une baisse de 2,3% le mois dernier. Une chute due à l’abondance de réserves de lait, explique-t-on de même source.
A noter que la viande est le seul produit à n’avoir pas enregistré de baisse. En effet, l’Indice Fao des prix de cet aliment a augmenté de 0,7%, grâce notamment à une demande soutenue en importations de viande bovine en provenance d’Asie, précise la Fao.
Soulignons, par ailleurs, que les premières prévisions de la Fao pour les marchés céréaliers en 2017 établissent la production mondiale de céréales à 2.597 millions de tonnes. Ce qui représente 9 millions de tonnes de moins que le record enregistré l’année dernière.
Cette légère baisse est attribuée à la réduction anticipée de la production mondiale de blé dans les plantations de boutures en Australie, au Canada et aux Etats-Unis dont le prix a augmenté, a expliqué la Fao. Une production mondiale de blé qui devrait vraisemblablement chuter de 2,7% en 2017 pour atteindre les 740 millions de tonnes, a-t-elle indiqué.
L’organisation a noté, en revanche, que « la production totale de céréales secondaires en 2017 devrait augmenter pour atteindre un nouveau record de 1 353 millions de tonnes, grâce notamment à une forte hausse de la production au Brésil et en Argentine et à une relance de la production en Afrique du Sud, suite à la sécheresse de l’année précédente », peut-on lire sur son portail officiel.
Selon le Bulletin de la Fao, la production mondiale de riz devrait atteindre les 504 millions de tonnes, ce qui équivaut à une hausse de l’ordre d’1,0%.Alors que « de plus en plus de plantations en Inde et en Indonésie et de meilleurs rendements au Brésil et en Chine devraient plus que largement compenser les baisses survenues ailleurs, y compris celles dues à la sécheresse au Sri Lanka », a relevé l’agence onusienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE