« Assamaoui » n’est qu’une hypnose chimique

0
663

TRIBUNE. Nous avons appris à travers les médias ces derniers temps, au Maroc,  le nombre de victimes au « Assamaoui ». Mais comme nous sommes une société qui croit à l’intelligible, nous avons supposé que « Assamaoui » est l’œuvre d’une puissante sorcellerie.

En faisant mes recherches, j’ai relevé plusieurs cas identiques à « Assamaoui » dans le monde survenus à cause de l’utilisation d’une substance appelée SCOPOLAMINE et non à la sorcellerie. D’ailleurs cette substance utilisée pour arnaquer des victimes, elle s’appelle aussi « le souffle du diable » ou « drogue robot » ou bien « drogue zombie ».

C’est en Colombie en 1870, que cette substance a commencé d’être utilisée pour des affaires criminelles et malheureusement, cette pratique s’est étendue vers d’autres pays.

La scopolamine est un alcaloïde tropanique, une substance qui agit comme dépresseur du système nerveux central. Elle est utilisée en médecine à des doses très minimes et commercialisée dans les pharmacies. Elle est utilisée notamment dans les douleurs spasmodiques, le mal de transport et dans les soins palliatifs des râles agoniques.

La principale caractéristique de la SCOPOLAMINE est qu’elle inhibe la volonté de la victime, en affectant la fonction mnésique et son comportement. En d’autres termes, elle bloque les neurotransmetteurs et fait en sorte que la personne affectée suive mécaniquement les ordres qu’on lui donne. C’est pour cette raison qu’elle a fini par être principalement utilisée pour procéder à des vols, des séquestrations et des abus sexuels. La victime présente une amnésie et elle n’est jamais capable de se souvenir de ce qu’il s’est passé pendant qu’elle était sous l’influence de cette substance. C’est pour cela qu’il s’agit d’une drogue idéale pour la délinquance, la victime ne pourra jamais donner de détails menant à l’arrestation des coupables.

Un aspect très préoccupant est que la SCOPOLAMINE peut avoir plusieurs effets, même après que l’intoxication se soit produite, comme le syndrome de démence scopolaminique, la psychose, des altérations cognitives et de mémoire et le syndrome de stress post-traumatique.

Actuellement, le nombre de cas d’intoxication par inhalation est en pleine croissance. Dans ces cas, on cherche à ce que la personne respire un élément contenant la scopolamine. L’effet de la drogue est très rapide. En l’inhalant, tous les effets apparaissent rapidement. Il existe plusieurs cas où quelqu’un s’approche simplement de la victime, avec la poudre cristalline sur un papier ou un autre support (stylo, chapelet..), et souffle en direction du nez de cette dernière. Cela suffit pour que la drogue soit inhalée et pour que la personne soit intoxiquée.

La scopolamine peut aussi s’administrer par voie cutanée. Par cette modalité, on cherche des prétextes et des ruses pour réussir à appliquer la substance sur la peau.

Les autorités et le personnel médical, de plusieurs pays, recommandent de prendre les mesures de précaution nécessaires pour éviter d’être victime de ce type d’intoxications. En premier lieu, il ne faut pas accepter de boissons ou de cigarette ou de nourriture provenant d’inconnu-e-s. En second lieu, il faut toujours surveiller son verre dans un lieu public. Enfin, il ne faut pas acheter de cigarettes ou de produits comestibles dans la rue. Il est conseillé d’acheter ces éléments dans des boutiques. Il ne faut pas prendre de brochures publicitaires ou des cartes visites sans que le distributeur soit en public et dans des endroits très peuplés. Une carte de visite ou un dépliant publicitaire peut contenir la scopolamine qui peut traverser la barrière dermique.

Docteur Jaouad MABROUKI

Expert en psychanalyse de la société marocaine et arabe.

LAISSER UN COMMENTAIRE