Asmaa El Arabi: « J’ai la sensation que l’histoire de Casablanca résonne encore de façon inconsciente »

0
564

« J’adore la vie à Casablanca! Cette ville est le berceau de mon inspiration quotidienne», a déclaré l’humoriste Asmaa El Arabi alias « The Tberguig » dans un entretien au site huffpostmaghreb.com

Interrogée sur la relation fusionnelle qu’elle entretient avec la ville de Casablanca, la jeune Marocaine connue pour ses interprétations de personnages typiques de la société marocaine a expliqué que cette ville est celle dans laquelle « je me sens la plus libre « parce que les gens vivent dans les rues, elles appartiennent à tout le monde. »

Ce qui plait tant Asmaa El Arabi, c’est qu’« on peut voir le verre à moitié vide parfois, mais le fait que les Casablancais s’approprient les rues en parlant fort, en traversant n’importe comment, le fait que cette ville soit un théâtre à ciel ouvert fait qu’on s’y sent chez soi naturellement, à mon sens ».

L’humoriste adore tellement Casablanca que « les mots me manquent pour expliquer précisément pourquoi ».

Une chose est certaine, c’est qu’elle se plaît énormément dans les atmosphères subtiles qui sont propres à cette ville. Et pour cause : « j’ai la sensation que l’histoire de Casablanca résonne encore de façon inconsciente dans l’ambiance de cette ville », confie-t-elle à notre confrère affirmant qu’elle est « inarrêtable » sur Casa.

Quoiqu’on en pense, Casablanca est pour la Marocaine « la ville de la naissance, de la renaissance, des racines, de la terre, je dirais même que c’est le croissant (3wej) fertile qui me permet tous les jours d’imaginer et de créer de nouvelles histoires ».

Adrien Thyg

LAISSER UN COMMENTAIRE