Armando Brazzos nous a quittés à l’âge de 85 ans

0
1045
Armando Brazzos

La nouvelle est tombée le mercredi 9 octobre 2019 : le guitariste Armando Brazzos nous a quittés à l’âge de 85 ans, après d’être battu pendant plusieurs années contre la maladie.

À l’âge de 85 ans, le guitariste rythmique mythique a rendu l’âme à la Clinique Ngaliéma de Kinshasa, après 60 ans d’une carrière incomparable. L’avant dernier survivant  de l’African Jazz de 1960 à la Table Ronde de Bruxelles, aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité.” Avec sa mort, il ne reste plus qu’un survivant  héro de “l’Indépendance cha cha” de 1960 : Pierre Yantula “Petit Pierre”.

On s’en souvient il n’y a pas si longtemps, Armando Brazzos et Pierre Yantula “Petit Pierre” deux derniers musiciens qui étaient encore en vie, avaient interpellé le Président de la république de la RDC  pour demander  la “Reconnaissance” de l’Etat congolais, accusé de les laisser  vieillir et mourir dans l’oubli et le dénuement. En tout cas, c’est triste

En tout cas, c’est bien  cette triste  situation qu’a connu Armando Brazzos, pour lequel votre serviteur et beaucoup d’autres confrères avaient lancé des SOS pour récolter suffisamment de fonds pour l’organisation médicale  de  ce grand guitariste rythmique et bassiste.

Qui était Armando Brazzos ?

Armando Brazzos est considéré comme un des meilleurs guitaristes rythmiques de l’histoire de la musique congolaise. Un monument de la rumba moderne. un artiste confirmé, un guitariste phénoménal qui a maîtrisé à la fois les classiques de la véritable rumba et a innové pour donner une nouvelle dynamique à ce genre musical. Tout comme il s’est montré absolument perspicace dans la pratique de la guitare basse.

De son vrai nom Armando Mwango Fwadi-Maya, “Brazzos” est né à  Léopoldville (Kinshasa) le 21 avril 1934. Cumulativement avec ses études à l’Ecole de l’Armée du Salut et à l’Institut St Joseph de la paroisse Ste Anne, il  embrasse l’apprentissage de la guitare auprès des musiciens angolais de San Salvador ; Freitas, D’Oliveira et Georges Edouard. Ces derniers répétaient dans la parcelle où habitait Brazzos (90 rue Nyanza, commune de Kinshasa).

Plus tard et en 1950 il se lie d’amitié avec les guitaristes Mwamba “Dechaud”, Tino Baroza et Nico Kasanda, proches des éditions Opika. Une collaboration de travail suivra, mais pas pour longtemps, car en 1951 Brazzos se fait embaucher à la Société de Transport Automobile de l’Etat ( STA) , préférant exercer sa passion musicale  en amateur et cette fois-ci avec le guitariste Georges Dula, auprès de qui,  il  a approfondi ses connaissances rythmiques.

En 1952, Brazzos intègre les éditions CEFA (Compagnie d’Enregistrement du Folklore Africain) du célèbre guitariste belge Bill Alexandre (le premier à introduire la guitare électrique en 1953 au Congo) Ce dernier parfait sa formation avant de le surnommer “Brazzos”, qui signifie “L’homme aux bras des os”.

Brazzos débute sa carrière à la Firme CEFA comme guitariste  accompagnateur  aux  côtés  de Roger  Izeidi , Roitelet  Moniania, Vicky  Longomba, Guy Léon Fylla et bien d’autres. Entre 1952 et 1955, Brazzos accompagne des nombreux artistes de l’écurie et contribue à la réussite de plusieurs œuvres à succès. En 1956 et après la fermeture des éditions CEFA, Brazzos intègre les éditions Loningisa où il évolue comme musicien de studio.

A la fin de l’année 1956, et à l’occasion du départ massif de l’OK jazz et des éditions Loningisa des musiciens Essous, Lando Rossignol,  Pandi, Moniania Roitelet et autres pour les éditions Esengo (Rock-A-Mambo), Brazzos intègre l’OK Jazz en même temps que Ganga Edo, Célestin Kouka et Nino Malapet. IL y reste jusqu’à 1959, lorsqu’il est contacté par Joseph Kabaselle pour faire partie de l’orchestre African Jazz qui a agrémenté en 1960 la Conférence sur l’Indépendance du Congo à Bruxelles. Il figure comme bassiste à l’enregistrement de la célèbre chanson “Indépendance cha cha”.

Mais auparavant Brazzos a fait partie de la formation de l’orchestre Bantous en création à Kinshasa. Il rétracte après plusieurs séances de répétitions à Kinsuka dans la banlieue de Léopoldville (alors membre de l’Ok Jazz).

Pour la suite on peut noter :

1962 – à la suite d’une grande réconciliation, Brazzos, Vicky Longomba réintègre l’Ok Jazz et par ricochet,  Edo Ganga et Loubelo “De la lune”.

1967 – Brazzos fait partie des dissidents de l’OK Jazz qui ont mis en place l’orchestre “Révolution” avec Kwami, Mujos, Boyibanda et autres.

1969 à 1976 – Brazzos retrouve à nouveau le TP OK Jazz. Puis pour la énième fois, il abandonne la musique pour travailler jusqu’en 2004 comme bureaucrate dans une société privée de Kinshasa. Admis à la retraite, Il évolue désormais à ses heures de loisirs dans le groupe des anciennes gloires “African Ambiance”, jusqu’à ce qu’il tombe malade ces dernières années.

A son palmarès, des œuvres à grand succès et particulièrement dans l’OK Jazz : “Bilia ki yo bikoki”, “Cha cha cha del zombo”, “Nabanzaki Anzelu”, “Fifi nabanzi yo”, “Bozongisa motema”, “Ata okei”, “Como baila to”, “Bolingo na ngai mwana mama”, “Bailamos negro, “Sukola motema olinga”, “Yaka nakoki te “, etc…

Depuis l’annonce du décès de Brazzos, ses proches multiplient les déclarations d’amour dans les médias. Très attristés, certains ont commencé à partager leur peine sur les réseaux sociaux, stars, anciens collaborateurs, amis et famille. Toutes nos pensées vont vers eux.

Clément Ossinondé

LAISSER UN COMMENTAIRE