Armand MAVINGA TSAFUNENGA, Président attendu pour diriger une transition exceptionnelle en République Démocratique du Congo

0
4685
Armand MAVINGA TSAFUNENGA est un ancien expert des organisations internationales dont l’UNESCO, écrivain poète, chercheur, enseignant, Ambassadeur de paix engagé dans le dialogue des cultures et des religions, symphonie de la nouvelle grande société civile congolaise avec sa longue expérience associative, lexicologue, Pasteur, expert en formulation des politiques de la culture et de la communication pour le développement en Afrique, expert en étude de l’environnement religieux du terrorisme et visionnaire politique. Auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux rapports techniques.

Comme il avait souligné dans son message de vœux au Peuple Congolais en janvier 2017, le changement va intervenir cette année en République Démocratique du Congo par la mise en place d’une transition exceptionnelle pour un vrai nouveau départ vers le Grand Congo du XXIème siècle.

Une transition pour mettre notre pays sur les rails des Etats de droit modernes et le hisser au rang de nations ayant une grande tradition démocratique dans le monde. Il est dangereux de réduire la crise congolaise en une crise électorale, car c’est la plus grande crise après la seconde guerre mondiale. Il faut une transition exceptionnelle pour mettre fin à cette crise et organiser par la suite des élections irréprochables dans le cadre de la vraie tradition de la « démocratie du Muntu ». La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) et le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) notent avec respect l’adhésion des forces vives congolaises et de la conscience internationale à leur vision d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila bien préparée depuis le début de l’année 2012. Il s’agit donc d’une transition exceptionnelle bien pensée et bien préparée autour de 20 engagements républicains pour sortir définitivement la République Démocratique du Congo de sa longue crise multiforme. La sécurité du Président sortant, appelé à démissionner sagement, de ses membres de famille et de ses collaborateurs sera garantie et assurée dans le contexte global de la justice et de la réconciliation nationale. Un programme triennal d’urgence politique, sécuritaire, sociale, économique et environnementale est prêt. Il s’agira d’une transition exceptionnelle dirigée par des visionnaires et missionnaires politiques, et non par des fonctionnaires politiques qui s’éternisent inutilement au pouvoir.

Dans cette longue crise multiforme dans laquelle se trouve plongée la République Démocratique du Congo depuis son accession à l’indépendance le 30 juin 1960, une question fondamentale hante aujourd’hui l’esprit de Congolaises et Congolais au-delà du défi de l’organisation des élections libres, justes, transparentes et démocratiques. Il s’agit de la question du profil type du Président qui doit succéder au Président Joseph Kabila dans un pays totalement meurtri, pillé, miné par le cancer de la corruption, dernier du développement humain, terrain du plus grand holocauste après la seconde guerre mondiale, cas type de mauvaise gouvernance et prêt à exploser dans un chaos organisé des vengeances, des revanches, des règlements des comptes et des violences inouïes pour se maintenir par la force et la fraude au pouvoir même en violant la Constitution. Eluder cette question fondamentale, c’est vouloir créer volontairement de la distraction dans l’esprit du Peuple Congolais. Pour ce dernier, le temps est plus que prophétique et il ne cesse de prier jour et nuit pour que le Président tant attendu succède enfin au Président actuel afin de tourner définitivement la page des décennies sombres et d’atroces souffrances et controverses. Des artificiers congolais ont esquissé en mars-mai 2014 le portrait robot du successeur attendu du Président illégitime actuel, mais la réponse à cette question cruciale a été déjà balisée par la Déclaration de Cologne adoptée le 1er juin 2013 par les Congolaises et Congolais de toutes les tendances nationales, jour du troisième anniversaire de l’assassinat du Défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya Bahizire et de son collègue Fidèle Bazana.

La Déclaration de Cologne stipule ce qui suit :

  1. L’heure est venue pour le Peuple Congolais de s’unir ensemble et de se mobiliser totalement autour d’une grande vision pour son pays, vision portée par Papa Armand MAVINGA TSAFUNENGA ;
  2. la mobilisation autour de cette grande vision nous permettra de sortir définitivement de la longue et grave crise congolaise pour bâtir notre destin commun de bonheur social, de grandeur, de justice, de paix, de sécurité, de fraternité, de liberté et de solidarité ;
  3. une nouvelle histoire de la République Démocratique du Congo commence ce samedi 1er juin 2013 à Cologne, le jour du   troisième anniversaire de l’assassinat  du Distingué Défenseur des droits de l’homme Floribert  CHEBEYA BAHIZIRE, signe de l’inéluctable émergence vers un Etat de droit ;

(…).

Il devient d’ores et déjà  important de présenter succinctement le leader Armand MAVINGA TSAFUNENGA qui est très attendu par son peuple décidé de ne plus tomber dans le piège ridicule et honteux des élections sanglantes, injustes, frauduleuses, scandaleuses, clientélistes et humiliantes de 2006 et de 2011. Le leader Armand MAVINGA TSAFUNENGA a bien compris qu’il avait un destin de faire sortir son peuple et son pays de la longue crise multiforme. Pour s’en convaincre, il suffit de lire son engagement au dos de la couverture de sa brochure intitulée : «Les 100 propositions pour la renaissance du Grand Congo du XXIème siècle » (Paris, Ceprocom-Afrique, 2013). Son engagement y est pertinent et fort :

« Dans cette longue crise multiforme où se trouve mon pays, j’ai bien compris que j’avais la mission de changer le destin de mon peuple qui souffre depuis 1960, piégé dans un carcan  infernal des cercles vicieux. Mon destin est totalement lié à celui de mon peuple pour lequel j’ai consacré toute ma vie. Nous devons bâtir ensemble un Grand Congo du XXIème siècle, un Grand Congo de tous les jours, où un enfant qui naît et dès l’âge d’un jour, se rend compte qu’il est né dans un Etat de droit démocratique, de paix, de justice, de sécurité, de fraternité, d’égalité et de prospérité où ses droits et son bonheur social sont garantis, et où il accomplira avec joie et détermination ses devoirs. Je mesure profondément les sacrifices, les souffrances et les obstacles qui m’attendent dans cet engagement, mais je me suis longtemps préparé en conséquence. C’est depuis le 11 juillet 1991 à 13h00, avec la grâce de l’Eternel, que je me prépare à assumer mon destin de Président pour le Peuple Congolais et la République Démocratique du Congo. »

  1. Un visionnaire

      Armand MAVINGA TSAFUNENGA est devenu célèbre au niveau national et dans la diaspora congolaise pour sa vision de la Renaissance du Grand Congo du XXIème siècle.   Le Grand Congo sera d’abord grand par l’esprit et le rêve congolais. Il faut savoir rêver l’irréel et le convertir en réel. Un grand esprit de la vision du Congo, de la culture, du patriotisme, de l’unité, de la création, de la production, de la maintenance, de la réconciliation, de la justice, de la paix, du progrès, de la sécurité, des réformes, de l’innovation et de l’anticipation.  La vision de la Renaissance du Grand Congo du XXIème  siècle, portée par le leader Armand MAVINGA TSAFUNENGA, fait désormais unanimité de nos jours au pays et dans la diaspora congolaise. La vision du Grand Congo du XXIème siècle a été développée  d’abord dans le cadre du Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) qui est fidèle à son engagement de bâtir une nouvelle et vraie République Démocratique du Congo. Cette vision s’est renforcée par les activités de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) autour de cinq révolutions à mener pour l’émergence d’un Congo fort, stable et prospère au centre de l’Afrique et du monde.  Il nous faut une révolution globale, faite de révolutions particulières, pour la renaissance du Grand Congo. Cette révolution globale englobe la révolution culturelle, la révolution démocratique, la révolution sécuritaire, la révolution agricole et foncière ou la révolution verte congolaise, et la révolution scientifique, technologique et industrielle. Il s’agit d’une grande vision à très long terme, mais qui n’oublie pas et regarde avec rigueur et réalisme les priorités et les urgences à court et moyen terme sur le plan social, économique, sécuritaire, culturel, environnemental, démocratique et géostratégique. Dans leur déclaration faite à Cologne en Allemagne, les Congolaises et Congolais ont recommandé la mobilisation tous azimuts autour de cette grande vision pour la sortie définitive de la longue crise multiforme. Armand MAVINGA TSAFUNENGA est le premier leader congolais a porté sa vision à très long terme sur un siècle, en tant que grande conscience pour les générations futures. Comme il le souligne toujours, « si ton projet porte sur un an, plante du riz ; s’il porte sur dix ans, plante un arbre ; s’il porte sur cent ans, éduque les hommes ». C’est un leader qui a une grande capacité d’analyse et d’anticipation, capable de construction et de renforcement d’une grande communauté de destin. Il est d’une grande ouverture d’esprit. 

      Un grand visionnaire est souvent un leader qui a un sens prophétique. Armand MAVINGA TSAFUNENGA est un écrivain poète ayant un sens prophétique : il a prédit notamment un grand deuil au pays dès 1976 (cfr son recueil intitulé Narcotiques et Illusion, Paris, Pyramide Papyrus Presse, 2010). Aimé Césaire avait raison de dire que le poète est une sorte de prophète à qui il appartient de diriger l’humanité.

  1. Un homme de décision et d’autorité

De par sa personnalité et ses multiples actions, Armand MAVINGA TSAFUNENGA est un homme de décision et d’autorité. Il entend prendre des décisions importantes et difficiles tout en préservant la cohésion nationale et en défendant les intérêts et la dignité du peuple congolais et de son pays. Il sait établir des équilibres difficiles au niveau national, régional et international. Il sait comment user de son autorité sans jamais tomber dans l’autoritarisme qui conduit à une dictature vulgaire. Il mènera à bien des réformes difficiles et délicates pour le bien de son peuple et de son pays qui pourront même le rendre impopulaire pour un temps. Il se veut un leader de la rigueur, de la méthode et de l’excellence. Il a un souci poussé de l’anticipation des décisions importantes pour éviter de tomber dans des pièges difficiles à dénouer. Face au cancer de la corruption, lui qui a des mains propres et  non souillées de sang et de fraude, saura rétablir l’autorité de l’Etat d’une manière appropriée. La lutte contre la corruption est une urgence nationale pour lui aux fins d’atteindre les objectifs de la transparence et de la bonne gouvernance. Tout au long de sa vie, il a appris à prendre des décisions difficiles, justes et réalistes,  même contre lui-même. Il est capable de concevoir et de réaliser des réformes cruciales pour la République Démocratique du Congo. Il est toujours déterminé d’être du bon côté de l’histoire.

  1. Un rassembleur, leader de la justice, de la réconciliation nationale et du consensus

Dans tous les sondages effectués ces dernières années, depuis la crise électorale de novembre 2011, Armand MAVINGA TSAFUNENGA est reconnu comme le leader de l’apaisement, capable de mettre tous les Congolaises et Congolais ensemble et de présider une transition de sortie de la crise électorale. Il a un profil qui parle à tout le peuple congolais. Son humilité, sa patience, sa persévérance, sa nature sympathique pour plus d’un, son esprit poussé d’analyse et d’écoute, son cœur de l’amour marial sont des atouts importants et incontournables. Il est capable de mettre ensemble toutes les tendances politiques du pays, à savoir les kasa-vubistes, les lumumbistes, les mobutistes, les kabilistes, les joséphistes, les bembistes, les kengoïstes, les kintuadistes (unitaristes), les fédéralistes, les résistants. Il a le cœur de la société civile avec 40 ans d’expérience dans le domaine associatif. Il peut mettre ensemble les différentes tendances religieuses. Il entend réconcilier le peuple congolais avec Dieu, avec lui-même, avec ses ancêtres, avec son son sol, son sous-sol et tout son espace, avec les peuples voisins et les peuples du monde.

Pour Armand MAVINGA TSAFUNENGA, il n’y aura plus de tour des uns et des autres. Pas de tour de l’ouest, pas de tour de l’est, pas de tour du nord, pas de tour du sud, pas de tour du centre, il n’y aura désormais qu’un seul et unique tour, celui du Peuple Congolais et de la République Démocratique du Congo. C’est ainsi qu’il compte promulguer une loi pour lutter contre le tribalisme, l’exclusion, le clientélisme, la haine et l’intolérance ethniques, politiques, raciales et sociales, voire religieuses.

Parmi les critères fondamentaux, les artificiers ont souligné que le remplaçant du Président de la République sortant doit avoir un cœur hors du périmètre cellulaire de l’amertume, de la vengeance, de la rancœur et de la rancune. Armand MAVINGA TSAFUNENGA répond parfaitement à ce critère, car il a un cœur de l’amour marial, un cœur de service, de sacrifice, de compassion et de pardon (cfr la Charte de la vie d’Armand MAVINGA TSAFUNENGA et son recueil intitulé « Le cœur qui aime, Paris, Ceprocom-Afrique, 2012). Il est né dans une grande famille croyante et chrétienne, une famille exceptionnelle d’amour, où il y a des serviteurs de Dieu (Pasteurs de différentes églises protestantes et évangéliques, Monseigneur, Abbés, Sœurs religieuses catholiques, Pasteurs de l’Eglise Kimbanguiste). Sa famille est à l’image de l’unité attendue du peuple congolais. C’est un devoir sacré pour lui de donner l’amour infini qu’il a reçu de Dieu et de sa famille à son peuple et à son pays.

Armand MAVINGA TSAFUNENGA   a le cœur, l’esprit et tous les atouts pour assurer au Président sortant, à sa famille et à ses collaborateurs une sortie digne, apaisée et sécurisée ; il est une chance à saisir pour eux. Il tient à créer une tradition exceptionnelle de passation du pouvoir entre un Président sortant et un Président entrant au Grand Congo du XXIème siècle. Une tradition enracinée dans notre patrimoine millénaire de transmission du pouvoir sera restaurée. Il entend mettre en œuvre la vision de la réconciliation du Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) qui est déterminé à réconcilier le peuple congolais avec Dieu, avec lui-même, avec son sol, son sous-sol et son espace, avec ses ancêtres, ses voisins et les peuples du monde. Il est outillé pour mettre ensemble les bourreaux avec les victimes, les pilleurs avec les pillés, les vainqueurs avec les vaincus. Il tient à pacifier les cœurs et les esprits meurtris et brisés en République Démocratique du Congo par des crises, conflits et problèmes divers.

Armand MAVINGA TSAFUNENGA est un leader qui sait trouver un équilibre juste entre la justice et la réconciliation par le pardon, entre la lutte contre l’impunité et la réconciliation nationale. Pour lui, la réconciliation nationale n’est pas une messe publique des faux pardons et des pardons hypocrites, car la réconciliation ne précède jamais la justice, mais elle est un acte et une recherche de la justice. Il entend impulser une réforme profonde et ambitieuse de la justice pour que le Grand Congo soit un pays modèle de la justice en Afrique et dans le monde. Comme il le souligne toujours, c’est la justice qui élève une nation et affermit le pouvoir. La liberté juste de la justice face à l’exécutif et au législatif sera instaurée et respectée. Il entend aussi instaurer un dialogue original et permanent du peuple et avec le peuple pour développer et renforcer la démocratie du consensus cher au « Muntu ».

  1. Un républicain et un leader pour la jeunesse, la femme, la paix et la sécurité

Armand MAVINGA TSAFUNENGA accorde une importance capitale à la jeunesse et à la femme comme des couches sociales prioritaires pour les plans et programmes d’urgence. 70% de chômeurs congolais sont des jeunes et les femmes paient le plus lourd tribut des crises congolaises à répétition avec le fléau de plus de 1.000.000 femmes et enfants violées. Un catéchisme de la formation et de l’emploi de la jeunesse d’ici à 2030 sera adopté et mis en œuvre. Un programme d’urgence ambitieux sera consacré à la femme congolaise dans le cadre du Grand Chantier de Construction Nationale (GCCN) consacré à la femme et à l’enfant, et en particulier au chantier « Priorité Enfant ».

Armand MAVINGA TSAFUNENGA fait de la protection des biens et des personnes un de ses engagements fondamentaux au Grand Congo. Une bataille sans merci sera menée contre les violences faites aux femmes et pour la reconnaissance de tous leurs droits. Il est déterminé d’entreprendre des réformes urgentes pour faire de la police et de l’armée des institutions fortes, adaptées aux grands enjeux et réellement républicaines, car il est un démocrate et un républicain engagé et rigoureux capable de le faire. Il entend créer une société de femmes et d’hommes égaux en dignité, en liberté et en droits en République Démocratique du Congo.

Il développe une approche anticipative en matière de paix et de sécurité. Il entend doter le pays des capacités nécessaires de défense et de sécurité pour une paix stable dans la région et pour la lutte contre le terrorisme. Il mettra à profit son expertise dans l’étude de l’environnement religieux du terrorisme pour éviter des conflits religieux montés de toutes pièces au Grand Congo. Il accorde une importance capitale à la lutte contre le terrorisme notamment avec nos partenaires occidentaux. Il entend mettre en place un grand centre d’intelligence er de formation en matière de lutte contre le terrorisme avec l’appui de l’OTAN.

  1. Une personnalité reconnue comme une des consciences du XXIème siècle au niveau international

Armand MAVINGA TSAFUNENGA est un défenseur inamovible des valeurs humaines et du mieux vivre ensemble au niveau international. Déjà ses activités comme un ancien expert international lui ont permis de côtoyer les Nations Unies, l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Conseil Œcuménique des Eglises (COE), l’Institut International de recherche sur les médias, la communication et le développement culturel (MEDIACULT). Il a participé et participe aux débats sur les grands problèmes mondiaux. Ses publications et interventions font de lui un humaniste reconnu comme une des consciences du XXIème siècle. Il aborde tous les enjeux africains et mondiaux comme écrivain poète et expert. Il a initié en 1991 l’approche novatrice des bibliothèques de l’humanité dans le cadre du Réseau Unesco des bibliothèques associées (UNAL). Il a aussi contribué à l’avancement du programme « Philosophie et démocratie dans le monde » de l’Unesco en 1995.

Armand MAVINGA TSAFUNENGA est un leader ayant une capacité d’analyse des enjeux nationaux, régionaux et mondiaux. Il sait scruter les intérêts en présence et négocier les conflits d’intérêts. Il a mesuré les intérêts immenses du monde sur les richesses naturelles de la République Démocratique du Congo. Il est appelé à protéger les intérêts de son peuple et de son pays et à les concilier, dans la mesure du possible, avec les intérêts des pays voisins et des autres pays du monde. Il s’emploie et s’emploiera avec sagesse à l’exercice délicat de concilier des intérêts parfois diamétralement opposés. Il a une vision ambitieuse de la coopération dans la région notamment des Grands Lacs. Le Grand Congo doit être au cœur des enjeux de la paix, de la sécurité, de la justice, de la solidarité et de la prospérité en Afrique centrale et en particulier dans la région des Grands Lacs ; il devra désormais être à l’avant-plan des enjeux de l’Union Africaine (UA). Il compte développer une grande diplomatie pour ce faire. Il propose une réforme en profondeur de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL). Il s’engage à créer des conditions d’une paix durable dans la région grâce à une prospérité partagée. Il entend proposer des projets et des programmes d’intérêts communs pertinents.

Armand MAVINGA TSAFUNENGA entend développer une nouvelle coopération avec les partenaires traditionnels de la République Démocratique du Congo, l’Union Européenne (UE), les agences des Nations Unies  et les pays émergents. Un partenariat de développement économique et social sera développé avec les multinationales intéressées par l’exploitation des ressources naturelles du pays. Il s’engage aussi à développer des relations particulières de coopération avec les institutions de Bretton Woods, à savoir la Banque Mondiale (BM) et le Fonds Monétaire International (FMI).

  1. L’homme de la situation en République Démocratique du Congo pour que le Peuple Congolais dresse désormais son front longtemps courbé

Lors de la campagne électorale ayant conduit à l’élection au pouvoir du Président Barack OBAMA, l’ancien Président Bill CLINTON disait que Monsieur Barack OBAMA était fait et préparé pour le job de Président des Etats-Unis d’Amérique : « C’est son job ». Les artificiers congolais, les esprits avisés au niveau international et les forces vives congolaises disent clairement aujourd’hui qu’Armand MAVINGA TSAFUNENGA est l’homme de la situation attendu par le Peuple Congolais et la communauté internationale pour la sortie définitive de la crise de la République Démocratique du Congo. Ce dernier est fait et bien préparé pour le job de Président de la République Démocratique du Congo. C’est donc le vrai job d’Armand MAVINGA TSAFUNENGA. Il correspond merveilleusement bien au portrait robot du remplaçant du Président sortant actuel, tel qu’il est dressé partout au Congo, dans la diaspora et au niveau de la communauté internationale.

Le Peuple Congolais cherchait inlassablement son vrai leader et il l’a trouvé. Les Congolaises et Congolais dressent désormais leurs fronts longtemps courbés avec le leader Armand MAVINGA TSAFUNENGA et la 3C-RDC. Le grand peuple congolais se met enfin debout pour convertir en faits réels les paroles sacrées de son Hymne National « Debout Congolais ».

      Le grand peuple congolais attendu dans le monde va prendre le plus bel élan maintenant de la paix, de la justice, de la grandeur et de la prospérité pour bâtir le Grand Congo du XXIème siècle qui sera une nouvelle et vraie République Démocratique du Congo, un pays magnifique et plus beau qu’avant. Le Peuple Congolais va assurer la grandeur de son pays grâce à la vision de la renaissance du Grand Congo du XXIème siècle portée par son leader et toutes les forces réunies au sein de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC).

  1. Un leader au profil multidisciplinaire

Armand MAVINGA TSAFUNENGA est Président de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC), Président National du Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC), Président du Centre d’études et de promotion de la culture et de la communication en Afrique (CEPROCOM), Directeur adjoint du Laboratoire d’Anthropologie de la Renaissance Africaine (LARA) et initiateur du Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC).

Armand MAVINGA TSAFUNENGA a un profil multidisciplinaire qui lui donne des atouts nécessaires pour relever les grands et graves défis qui l’attendent à la tête de son pays. Il est compétent et a tout pour être un bon gestionnaire aux mains propres. Ancien expert des organisations internationales dont l’Unesco, Ambassadeur de paix engagé dans le dialogue des religions et des cultures, expert en formulation des politiques culturelles pour le développement en Afrique, chercheur, lexicologue, enseignant, écrivain poète, humaniste reconnu comme une des consciences du XXIème siècle, combattant de la justice fondateur de l’Ecole Littéraire et Artistique Sombritude et Justice (ELASOJU), Pasteur et membre de sociétés savantes. Ancien fonctionnaire, il a aussi une longue expérience de l’administration congolaise. Ses fonctions lui ont permis de travailler avec plusieurs ministères et services dont : Ministères de l’Enseignement Primaire et Secondaire, de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, de la Recherche Scientifique, de la Culture et des Arts, de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, du Plan, de la Santé Publique, de l’Information et de l’Orientation Nationale, des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, des Affaires Sociales, de la Jeunesse, Ministère de l’Economie Nationale et de l’Industrie, Service Présidentiel d’Etudes (SPE), Service Présidentiel pour la Promotion de l’Informatique au Zaïre (SPIZ), Institut Makanda Kabobi, Société Nationale des Editeurs, Compositeurs et Auteurs (SONECA), Agence Congolaise de Presse (ACP), Secrétariat Général à la Formation des Cadres (FORCAD).

Armand MAVINGA TSAFUNENGA a été rapporteur et membre du Groupe d’experts gouvernementaux ayant examiné les possibilités de mise sur pied des mécanismes de gestion intégrés de zones de santé au Zaïre (missions UNICEF – Gouvernement/Ministère du Plan – 1986, 1987) ; il a été aussi rapporteur Général de la Commission d’experts chargé d’élaborer la politique du Gouvernement en matière d’organisations internationales (Ministère des Affaires Etrangères, Kinshasa, décembre 1989 – janvier 1990). Il est précurseur en 1987 du programme de l’Unesco sur l’impact socioculturel des nouvelles technologies de l’information et de la communication adopté par la Conférence Générale de l’Unesco en 1989. Il a été aussi Rapporteur Général de la 1ère, de la 2ème et de la 3ème Rencontres des Artistes, Ecrivains et Hommes de culture de la République Démocratique du Congo (CCACM, Kinshasa, 25 août 1994, 27 avril 1995 et 30 mai 1996). Il est un acteur de premier plan de la société civile ayant une expérience de 40 ans dans le domaine associatif. Il a travaillé de façon bénévole comme expert de plus de 100 associations et ONG congolaises et africaines. Ce qui lui a donné une expérience inouïe du développement local et communautaire. De 1981 à 1984, il est initiateur de la création de la Fédération nationale des associations, centres et clubs Unesco à un moment difficile et délicat du MPR Parti Etat où toutes les activités associatives devaient répondre au langage de la Jeunesse du Mouvement Populaire de la Révolution (JMPR). Fédération qui devait traiter des problèmes comme les droits de l’homme, la paix, la justice et la démocratie. Il a participé aux activités de plusieurs organisations internationales non gouvernementales travaillant notamment avec les agences des Nations Unies.

Armand MAVINGA TSAFUNENGA est auteur de plusieurs ouvrages dont :

  • « Les 20 engagements pour une transition démocratique et pacifique exceptionnelle en République Démocratique du Congo», Paris, 3C-RDC, 2017.
  • « Les 100 propositions pour la renaissance du Grand Congo du XXIème siècle», Paris, Ceprocom-Afrique, décembre 2013.
  • «  A la recherche d’un modèle de développement culturellement durable. Pour bâtir une nouvelle et vraie République Démocratique du Congo, Paris, Pyramide Papyrus Presse, 2007.
  • « Cimetière de vivants», Paris, L’Harmattan, 2010.
  • « Sombritude et Justice», Paris, Ceprocom-Afrique, 2012.
  • Auteur de plusieurs préfaces d’ouvrages relevant du domaine des sciences sociales et humaines et de la spiritualité, et de nombreux rapports et communications dans des rencontres africaines et internationales. Pour ne citer que quelques uns : Contribution à la rédaction du Ier Rapport sur la communication dans le monde publié par l’Unesco à Paris en 1990, 524 p.; « Quelques avis et considérations à l’intention de la Consultation régionale de l’Unesco sur les industries culturelles en Afrique » (Unesco, Cotonou, Bénin, 8-12 septembre 2000 ); « Etude des mécanismes d’évaluation de l’application des méthodes de planification décentralisées de la communication au service du développement au niveau sous-national » (pour l’Unesco-Dakar en 1987), « Pour une vision de la paix et du développement de l’Afrique enracinée dans un modèle de développement culturellement durable » (Conférence européenne de dirigeants, Unesco, Paris, 12 et 13 avril 2012, autour du thème d’une nouvelle vision pour la paix et le développement humain).

Fait à Paris, le 31 octobre 2017

  • Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC)
  • Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC)
  • Centre d’études et de promotion de la culture et de la communication en Afrique (CEPROCOM)
  • Forces Neutres de la République Démocratique du Congo (FONERDC)
  • Les nouvelles forces du changement pour la République Démocratique du Congo

LAISSER UN COMMENTAIRE