La star congolaise Alvie Bitemo

Alvie Bitémo en terrain connu

Succès assuré pour la tournée en Guadeloupe et en Martinique d’Alvie Bitémo, depuis le 11  février 2017 pour plusieurs semaines.  La star congolaise fait partie de la pièce  « Erzuli Dahomey, déesse de l’amour »  qui a reçu le prix SACD  de dramaturgie de langue française en 2009. Elle est entrée au répertoire de la Comédie-Française en 2012.

« Erzuli Dahomey, déesse de l’amour », une pièce remarquable

Son auteur, Jean-René Lemoine est un dramaturge, directeur de troupe et metteur en scène de théâtre,  né en 1959 en Haïti  et installé à Paris depuis 1989. Dans « Erzuli Dahomey, déesse de l’amour », le metteur en scène est  Nelson-Rafaell Madel, originaire de la Martinique. Il s’est formé auprès de Yoshvani Médina, metteur en scène cubain puis auprès de Claude Buchvald à Paris. Lauréat du Prix Théâtre 13 du Jeune metteur en scène 2016.

La présence d’Alvie Bitémo est marquée par une voix très particulière, feutrée, chaude, avec un vibrato très caractéristique, la congolaise Alvie Bitémo est surtout une chanteuse de country, mais peut chanter n’importe quel style. Ce n’est pas juste une chanteuse, elle est aussi guitariste de grand talent. Elle a collaboré avec un tas d’artistes, notamment avec, Jean René Lemoine dans cette pièce Erzuli Dahomey, déesse de l’amour.

La pièce « Erzuli Dahomey, déesse de l’amour », réunie l’Afrique, l’Europe et la Caraïbe. Elle parle du choc de deux mondes, racontant aussi, de façon hallucinée, une partie de la grande Histoire (celle de la traite et de l’esclavage)…

Pour l’avis du jury du Prix Théâtre 13, c’est un spectacle qui nous emmène là où on ne s’y attend pas ! Une distribution remarquable et parfaitement dirigée. Les comédiens sont habités, engagés. Une grande unité dans les codes de jeu. Une écriture scénique très maitrisée. C’est un travail remarquable. Une très grande originalité et une immense émotion qui tient le spectateur du début à la fin.

Mise en scène : Nelson-Rafaell Madel, Scénographie: Nelson-Rafaell Madel, Lumières et collaboration à la scénographie: Lucie Joliot, Musique : Yiannis Plastiras, Collaboration chorégraphique: Gilles Nicolas. Comédiens : Alvie Bitémo, Adrien Bernard-Brunel, Mexianu Medenou, Gilles Nicolas, Karine Pédurand, Claire Pouderoux, Emmanuelle Ramu.

2 Commentaires

  1. Ko traversé ba vallée to ba ngomba. Pourquoi n avoir pas dit ko Katisa ?
    Pourquoi n avoir pas cherché a savoir comment on dit vallée en lingala ?
    Et pourquoi aussi dire montagne en lingala alors qu elle aurait pu le dire aussi en Français ?
    Dans ce cas n était il pas mieux d écrire toute la phrase en Français ou en lingala, au lieu de faire ce mélange bizarre ? Quelle écriture !

LAISSER UN COMMENTAIRE