Akinwumi Adesina : L’extension de l’aéroport international d’Accra donnera un coup d’accélérateur à l’intégration régionale

Un nouveau terminal capable d’accueillir 5 millions de passagers par an, selon le président de la BAD

0
382
Selon le ministre des Finances du Ghana, Ken Ofori Atta, ce projet jouera un rôle stratégique dans la transformation économique du pays.

L’extension de l’aéroport international d’Accra donnera un coup d’accélérateur à l’intégration régionale, a affirmé Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD).

La construction de ce terminal, financé par la Banque africaine de développement (BAD) pour près de 120 millions de dollars EU, « garantira un avenir économique prospère au Ghana », a-t-il indiqué lors d’une visite effectuée jeudi 3 août à Accra sur le site du projet soulignant ajoutant que sa grande capacité représente un réel motif d’espérance.

Selon l’institution financière africaine, la construction d’un nouveau terminal à l’aéroport international de Kotoka, la plus grande plateforme aéroportuaire du Ghana, devrait faire de ce pays une destination de choix par laquelle.

Le nouveau terminal, qui pourrait voir transiter 5 millions de passagers par an,  devrait améliorer le transport aérien au Ghana et contribuer à la relance économique, réduire le coût des activités commerciales et renforcer la compétitivité du pays, a indiqué la BAD.

L’industrie aéronautique ghanéenne a connu une importante croissance au cours de la dernière décennie en raison de la découverte de réserves pétrolières et gazières, de la demande intérieure constante et de la croissance du secteur touristique, a fait observer la BAD.

La banque a toutefois relevé que la capacité actuelle des aéroports ghanéens ne permettra pas de répondre à la croissance attendue du nombre de passagers.

Par conséquent, elle a estimé que d’importants investissements sont nécessaires dans les infrastructures aéroportuaires du pays.

Remerciant la BAD pour le financement du projet qui devrait être prêt en avril 2018, la ministre de l’aviation, Cecilia Abena Dapaah, a dit espérer que celui-ci répondrait à la croissance attendue du trafic aérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE