Accroissement de la production et des ventes dans le secteur industriel (Maroc)

Le carnet de commandes se serait situé à un niveau supérieur à la normale

0
117

Au titre du mois de juillet, la production et les ventes sont demeurées orientées à la  hausse dans le secteur industriel, a constaté Bank Al-Maghrib notant dans le même temps un accroissement des commandes avec un carnet qui se serait situé à un niveau supérieur à la normale. Il s’agit de la cinquième hausse de la production et des ventes observée dans le secteur industriel depuis le début de l’année 2019.

Rappelons qu’au titre du mois de janvier, la Banque centrale avait noté une stagnation de la production et une baisse des ventes. Quatre mois plus tard, en mai, BAM avait également observée une stagnation des ventes alors que la production affichait une hausse.

Par branche, la production aurait marqué un accroissement dans l’«agro-alimentaire», la «chimie et parachimie» et le «textile et cuir» et aurait accusé une baisse dans la «mécanique et métallurgie», selon les données publiées par la BAM.

Dans une note relatant les résultats de son enquête mensuelle de conjoncture du mois de juillet, BAM a également indiqué que les ventes se seraient accrues dans l’ensemble des branches d’activité à l’exception de la «mécanique et métallurgie» où elles auraient plutôt reculé. Et d’ajouter qu’elles auraient augmenté aussi bien sur le marché local qu’étranger.

Précisons que le TUC aurait atteint à 77% dans la branche «agro-alimentaire», qu’il se serait établi au même niveau que le mois précédent, soit 72%, dans celle du «textile et cuir» alors qu’il se serait accru à 78% dans la «chimie et parachimie». Il se serait situé à 68% dans la «mécanique et métallurgie».

Toujours selon l’enquête, menée auprès d’un échantillon représentatif comprenant près de 400 entreprises industrielles, les commandes auraient connu une progression dans l’«agro-alimentaire» et dans la «chimie et parachimie», une stagnation dans le «textile et cuir» et un repli dans la «mécanique et métallurgie».

En ce qui concerne les carnets de commandes, il ressort des statistiques qu’ils se seraient situés à un niveau supérieur à la normale dans l’«agro-alimentaire» et la «chimie et parachimie» et inférieur à la normale dans le «textile et cuir», la «mécanique et métallurgie», a fait savoir la Banque centrale.

Dans ces conditions, Bank Al-Maghrib a déduit que le Taux d’utilisation des capacités (TUC) se serait stabilisé à 75%.

En ce qui concerne les anticipations du secteur, il ressort de l’enquête de BAM que les entreprises s’attendent à une hausse de la production et à une stagnation des ventes dans les trois prochains mois.
La Banque centrale a fait savoir, néanmoins, que près d’une entreprise sur trois déclare ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future des ventes, particulièrement dans l’«agro-alimentaire» et la «mécanique et métallurgie».

En effet, si les chefs d’entreprise relevant du secteur des «industries agro-alimentaires» s’attendent à une hausse de la production et des ventes pour les trois prochains mois, l’enquête a révélé que plus d’une entreprise sur quatre déclare ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de l’activité.

Le pessimisme gagne également les chefs d’entreprise du secteur des industries «mécaniques et métallurgiques» qui, tout en s’attendant à une amélioration de la production, sont persuadés que les ventes accuseront une baisse dans les trois prochains mois, la moitié d’entre eux déclarant même ne pas avoir de visibilité.

 A noter que dans le secteur des industries «textile et cuir», le nombre d’entreprises déclarant ne pas avoir de visibilité s’élève à 17% pour l’évolution future de la production et à 26% pour les ventes.

Dans celui des industries «chimiques et parachimiques», qui s’attend à une baisse de la production et à une stagnation des ventes pour les trois prochains mois, une entreprise de cette branche sur cinq déclare ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de l’activité.

Ainsi que le rappelle Bank Al-Maghrib, son enquête de conjoncture est lancée au début de chaque mois dans le but de recueillir les appréciations des chefs d’entreprise sur l’évolution de leur activité par rapport au mois précédent et au même mois de l’année précédente, ainsi que leurs anticipations quant à son évolution à court terme.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE