A propos du “laïus plat” du Président Denis Sassou Nguesso le 14 août 2019

0
1380
Jean-Jacques Yhomby

Monsieur Le Président de la République,

Vous dites, 
“‘à l’échelle humaine, 59 ans (60 ans d’indépendance dans 1 an) c’est l’âge de la grande affirmation, du plein épanouissement, de la maturité.”

Sauf que votre Présidence, en plus de votre arbitrage et gouvernance n’ont pas offert aux Congolaises et Congolais “DIGNITÉ, MATURITÉ, MÉRITE et RESPECT ” dont l’expression d’une force tranquille, en articulation avec l’UNITÉ, le TRAVAIL et le PROGRÈS (je vous cite).

Le Peuple congolais, dans son fort intérieur est meurtri, désespéré car sous votre présidence toujours, ces valeurs qui fondent le Congo sont bafouées.

Effectivement, ce rendez-vous de la mémoire avec notre glorieux passé nous donne l’occasion de tirer les leçons nécessaires de votre mauvaise gouvernance et de nous fixer un nouveau cap.

Ce qu’il faut retenir de votre discours : “victoire des accords FMI”, “NGOKI”. Aucun mot d’espoir face à la “tragédie économique et sociale”, aucune compassion face aux prisonniers politiques, vous qui nous parlez de réconciliation, dialogue et de consolidation de la paix toujours chèrement acquise depuis 40 ans. Un vrai paradoxe.

Un bon nombre de compatriotes ont trouvé votre discours prétentieux et limite arrogant car vous semblez penser qu’en signant l’accord avec le FMI ou l’exploitation du pétrole onshore “NGOKI”, les problèmes des Congolaises et Congolais seront résolus. ERREURS !! Vos annonces ne sont pas satisfaisantes pour le peuple, c’était une prose attendue!

Confronté à une crise sans précédent, nous nous attendions que vous décrétiez «l’état d’urgence économique et sociale au Congo » et de vous excuser pour votre mauvaise gouvernance. Votre discours qui n’a convaincu que votre gouvernement et vos parlementaires, tous redevables de leurs nominations par vos soins.

Monsieur Le Président de la République ;

En effet, notre pays se construira concrètement qu’au prix d’un effort persévérant en respectant scrupuleusement le programme triennal de réformes qui vise à améliorer la situation de nos finances publiques et de l’économie nationale.
Nous avons l’honnêteté de saluer ce résultat acquis après des négociations longues et laborieuses avec le FMI. Cepandant, nous appelons toujours à la démission de ce gouvernement qui est majoritairement responsable de la banqueroute de nôtre économie, sans oublier la misère sociale et l’endettement imposées aux Congolaises et Congolais par sa faute.

Monsieur Le Président de la République ;

Vous avez su le dire :
“nous disposons d’importantes potentialités qui offrent de belles perspectives de relance à notre pays.
Ces richesses ne deviendront de véritables atouts que par le travail acharné de toutes les congolaises et tous les congolais, ce qui implique, par conséquent, la mobilisation effective des énergies ainsi que l’engagement total et déterminé des forces vives de la Nation.”

D’où l’intérêt d’impliquer TOUT LE MONDE, même les prisonniers politiques, d’un avis différent des vôtres, mais toutefois une plus-value pour nôtre pays. Nous appelons de nos vœux leur libération. Notez que vous avez manqué, à nôtre avis, de marquer positivement cette commémoration de l’indépendance en les laissants subir l’injustice. Vous Le Premier garant de la “vraie justice”.

Le peuple a noté aussi que vous vous réjouissez du permis “NGOKI”, mais ce même peuple vous fait remarquer qu’il ne jouit pas des bénéfices du pétrole offshore déjà exploité à coût exorbitant depuis 35 ans. Soyez juste, vos enfants c’est le peuple dans son ensemble et sur toute l’étendue de nos dix départements.

Il est cohérent de relever que, nous vous citons encore :
“‘il reste entendu que l’issue fructueuse de ce processus d’exploration pétrolière ne doit pas nous détourner de notre principal axe d’effort, à savoir la diversification de notre économie.Nous ne devons plus être, à chaque fois comme aujourd’hui et par le passé, victimes des fluctuations des prix d’une ressource, fût-elle stratégique.”

Mais avec quelle gouvernance ? Quel plan d’austérité ? Lequel, plan, nous attendons encore la communication de ses grands axes.

Monsieur Le Président de la République ;

Vous dites encore que :
” La multiplication des signaux cumulatifs et rassurants légitime, à juste titre, notre appel renouvelé à l’espérance et à l’optimisme, au bénéfice du CONGO ETERNEL”.

Hélas, cette maxime que vous arborez ne peut se faire sans préalables, à savoir une panoplie de mesures sociales à mettre en œuvre dès ce dernier trimestre 2019. Parmi elles, 5 retiennent particulièrement l’attention de nos concitoyens afin de mieux surveiller la gouvernance sociale:

1- créer les conditions pour le bien-être des populations en milieu rural et assurer la sécurité alimentaire ;
2- accroître l’accès des jeunes ainsi que des femmes, piliers de nos familles et de nos communautés, à des revenus et à un emploi décent et stable ;
3- favoriser l’accès des populations à l’eau potable, à l’énergie, au transport, aux biens de grande consommation ;
4- renforcer les conditions d’accès et de maintien à l’école des enfants de 6 à 16 ans, notamment les jeunes filles, et améliorer les conditions d’étude et de vie des étudiants au Congo et dans toutes nos diasporas ;
5- fournir aux populations, des services de santé de proximité, et améliorer la protection sociale et la justice. Telles sont nos préoccupations pour nos concitoyens.

Vive la République du Congo !

Jean-Jacques Serge YHOMBY-OPANGO

V.P. DU RDD CONGO

LAISSER UN COMMENTAIRE