6è forum Africain sur le système de gestion des noms de domaines

Promouvoir les noms de domaines internet pour une émergence économique en Afrique

0
672

Du 03 au 05 Juillet 2018 s’est tenu à Azalaï Hôtel de la plage à Cotonou, le sixième (6è) forum africain sur le DNS (Domain Name System).

L’objectif de ce forum est de réunir les acteurs régionaux et les experts mondiaux en matière de gestion de noms de domaine afin de partager les expériences, les meilleures pratiques, et d’informer sur les derniers développements de l’industrie de noms de domaine.

Co-organisé par la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN), l’Association africaine de noms de domaine de premier niveau (AFTLD),  AFregistrar et, accueilli par l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et de la Poste (ARCEP-BENIN), ce 6è forum sur le DNS a eu lieu sous le thème « Bâtir une industrie durable des noms de domaine en Afrique».

Pendant trois jours, les plus de 100 participants venus de plus de 30 pays se sont appuyés sur les idées fortes du forum précédent tenu en 2017 à Dar es-Salaam en Tanzanie et ont abordé les questions clés qui concernent directement l’industrie régionale. Parmi les thèmes abordés figurent entre autres la protection des données et la vie privée, le développement de la plateforme des registres et des bureaux d’enregistrement, les initiatives au sujet des noms de domaine internationalisés et de l’acceptation universelle en Afrique, et les possibilités d’investissement dans l’industrie du DNS africaine.

Selon le Vice Président d’ICANN Afrique, Monsieur Pierre DANDJINOU, le nom de domaine est un outil qui symbolise la présence numérique d’un pays. A ses mots, ce forum a été l’occasion pour les participants de constituer une plate-forme de discussions sur les enjeux des noms de domaines et surtout sur les manières dont l’Afrique peut bâtir sa propre industrie du nom de domaine. Pour le Président de l’AFTLD Monsieur Alex CORNTHIN, avoir un nom de domaine est une manière d’identifier une ressource ou un individu par rapport à son pays d’origine. Il permet une visibilité accrue des contenus sur internet.

Selon le Président du Conseil de Régulation de ARCEP-BENIN, Monsieur Flavien BACHABI, la coordination et l’harmonisation des procédures de gestion des noms de domaines est un besoin nécessaire pour le développement de l’Afrique.

Les dernières statistiques donnent 330 millions de noms de domaines enregistrés dans le monde. Malheureusement, l’Afrique ne figure pas dans le top 10 des pays ayant le plus d’enregistrements. Le seul pays mieux classé à l’échelle du continent qui est en haut de la liste est l’Afrique du Sud avec près d’un million de noms de domaines.

A en croire le Président de AFregistrar, Monsieur Mohamed DIOP, l’Afrique doit avoir sa propre stratégie de développement de nom de domaine car aujourd’hui quand on parle du numérique, il faut comprendre qu’il faut avoir des stratégies, avoir une vision et surtout l’adhésion des politiques qui mettent en place des mécanismes pour renforcer et vendre à travers un makerting bien structuré.  Sans stratégie, sans vision et sans politique réelle de développement du numérique à travers le nom de domaine, rien ne bougera et l’Afrique continuera à être consommatrice de ce que produisent les autres, a-t-il ajouté.

Au lendemain de la clôture du 6è forum africain sur le DNS, les pionniers de l’internet ont célébré, le 6 juillet 2018, à Azalaï Hôtel à Cotonou, les 20 ans de la gouvernance Internet en Afrique. Cet anniversaire a été marqué par un évènement d’une journée sur le thème : « Une gouvernance efficace de l’Internet au service du développement de l’Afrique ».A cette occasion, les pionniers de l’internet qui étaient à Cotonou pour lancer la marche vers le numérique pour le développement du continent africain, en 1998, ont été distingués. La journée a été mise à profit pour répondre à la question de savoir « comment promouvoir l’utilisation de l’internet, de façon objective, efficiente, efficace et à des fins de développement de l’ensemble des pays africains ? »

LAISSER UN COMMENTAIRE