La 3C-RDC réaffirme sa vision d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila en 2017 en RD Congo

0
11368
Armand MAVINGA TSAFUNENGA Président de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC), Président National du Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC). Porte-parole du Groupe ad hoc pour la Transition en République Démocratique du Congo (GT-RDC).
La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) réaffirme sa vision d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila en République Démocratique du Congo (3C-RDC) en 2017.

« Demain n’est pas à attendre, mais à inventer. Demain se prépare aujourd’hui. C’est aujourd’hui que nous devons tous ensemble préparer le Grand Congo du XXIème siècle. Il nous faut une transition exceptionnelle pour un vrai nouveau départ, comme une solide charnière entre l’ancien Congo qui se termine avec Mr Joseph Kabila et le nouveau Congo qui commence très bientôt sous ma présidence. »

Une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila s’impose en République Démocratique du Congo. En 2012, la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) avait annoncé une mise en place d’une transition exceptionnelle en République Démocratique du Congo.  Nous y sommes. Les faits lui donnent raison, car il n’y a eu ni vérité des urnes de 2011 ni élections en 2016. Il s’agit d’une crise volontairement entretenue par Mr Joseph Kabila pour réussir son glissement à travers des « dialogues » à succession.  Le Peuple Congolais a dit non au glissement du pouvoir de Mr Joseph Kabila. Il faut respecter la volonté populaire. Tout processus qui ne respecte la volonté du Peuple Congolais est un processus injuste, déséquilibré et humiliant. La 3C-RDC se réjouit de constater que plusieurs forces vives congolaises ne cessent de rejoindre sa vision d’une transition exceptionnelle en République Démocratique du Congo pour un vrai nouveau départ vers le Grand Congo du XXIème siècle.

 1. Comme en 2016, il n’y aura pas d’élections présidentielle et législatives en 2017 avec Joseph Kabila en République Démocratique du Congo

Il est dangereux de réduire la crise congolaise en une crise électorale. Il est grave d’être naïf en politique comme dans la vie. La crise congolaise reste intacte. Les fondements de la crise sont bien présents. Tout accord politique qui ne tient pas compte de la dimension globale et profonde de la crise congolaise est un accord injuste, inefficace et voué à l’échec. Les prêtres sont-ils  assassinés en République Démocratique du Congo à cause d’une crise électorale ? Plus de 8.000.000 de morts, plus de 3.000.000 de Congolais déplacés comme des réfugiés abandonnés sur le sol de leurs ancêtres, plus de 1.000.000 de femmes et filles violées et détruites. Est-ce suite à une crise électorale ? Soyons lucides Congolaises et Congolais pour éviter des compromis dangereux.

Les Congolais, notamment les jeunes, ont été encore tués en septembre et décembre 2016 par le pouvoir de Mr Joseph Kabila à qui des accords successifs lui accordent facilement le glissement. Nous devons éviter au XXIème siècle ces grands bals honteux et aveugles de partage des postes lors de transitions qui ont échoué depuis le processus de tennis politique inadapté lancé le 24 avril 1990 en République Démocratique du Congo, alors Zaïre. N’oublions jamais que c’est la justice qui élève une nation et affermit le pouvoir. Un processus qui donne des faveurs aux criminels est un processus injuste, voire même criminel.

  1. La 3C-RDC met en garde tous ceux qui ont accepté de monter dans le bateau Titanic de Joseph Kabila en 2017

Mr Joseph Kabila a bien préparé son schéma de crise en 2017 pour rééditer son exploit de 2016. Son vrai schéma n’a rien à avoir avec le dialogue mené sous l’égide de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). Dans notre société millénaire du Muntu, un dialogue ne s’efforce pas, ne se négocie pas dans la corruption, le mensonge, l’injustice, l’égoïsme, l’opportunisme, la violence, le mépris de l’autre et la guerre des intérêts personnels. Souvent les faux dialogues sont des dialogues des cachettes qui ne résolvent jamais de graves crises.

  1. Mr Joseph Kabila et son groupe ont cloué notre pays au XXème siècle. Il ne faut une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila pour opérer l’entrée de notre pays au XXIème siècle

Dans presque tous les domaines, la République Démocratique du Congo figure au dernier rang de tous les Etats du monde. Notre peuple est parmi les plus pauvres de l’humanité. Notre pays est humilié par l’agression des rebelles et mercenaires africains. L’intégrité territoriale est sans cesse menacée avec à la clé l’insécurité endémique. Mr Joseph Kabila et son groupe ont scandaleusement cloué la République Démocratique du Congo au XXème siècle. La vraie continuité de l’Etat est la solide rupture avec un Etat du mal qui marche en arrière.

 La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) réaffirme sa vision d’une transition exceptionnelle préparée de manière assidue depuis décembre 2012 sans Mr Joseph Kabila, une des pièces maîtresses de la crise. Une transition exceptionnelle autour de ses 20 engagements républicains. C’est maintenant qu’il faut prévenir un chaos préparé savamment pour 2017. Avec Joseph Kabila, les élections de 2017, si elles sont organisées, seront pires et plus graves que celles de 2011.  Quel est ce pays où des mandats sont prolongés gratuitement pour le Président, les Députés et les Sénateurs par la tricherie politique et la violence ?

Il nous faut une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila dans le contexte global de la justice et de la réconciliation nationale. La sécurité du Président sortant et de tous ses proches sera assurée dans le plan global de sécurité des personnes et des biens.

La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) demande au Peuple Congolais d’être vigilant pour défendre ses intérêts

Les fondements de la crise congolaise étant intacts, la 3C-RDC demande au Peuple Congolais d’être toujours mobilisé et vigilant pour ne pas tomber dans le piège des accords qui se soldent par le partage des postes au détriment total de ses intérêts et de celui de notre pays oublié. Nous devons mettre fin au processus injuste, inadapté et inhumain où le peuple est tué pour que certains acteurs politiques et sociaux se retrouvent pour partager des postes dans un sale jeu de tennis politique inadapté. Quand le ridicule ne tue plus, ce que la direction prise par les dirigeants d’un pays est une direction suicidaire.

Ainsi fait à Paris, le 05 janvier 2017

Le Président de 3C-RDC

Armand MAVINGA TSAFUNENGA
Président National du MPDC et Porte-parole du Groupe ad hoc pour la
Transition en République Démocratique du Congo (GT-RDC).

LAISSER UN COMMENTAIRE