La 3C-RDC exige une enquête internationale indépendante et urgente sur les massacres au Kasaï en RD Congo

Pour la Coalition pour le changement en République démocratique du Congo, la trompette de la justice a déjà sonné en RDC

0
4347
Armand MAVINGA TSAFUNENGA, Président de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC), Président National du Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC). Porte-parole du Groupe ad hoc pour la Transition en République Démocratique du Congo (GT-RDC) .

La plus grande coupe de sang est pleine en République Démocratique du Congo. Un véritable génocide silencieux est en train de se passer dans ce pays. Le sang est en train de crier très fort et personne ne pourra faire taire les terribles bruits de ce sang dans le sous-sol, sur le sol et dans tout l’espace congolais. Des massacres prémédités dans les quatre coins du pays, des fosses communes non élucidées au vu et au su de tous, des experts de l’ONU, des journalistes, des prêtres et des défenseurs des droits de l’homme assassinés. Comme cela n’a jamais suffi, de nouveaux massacres au Kasaï et des adeptes de Bundu dia Kongo. Nous disons maintenant ça suffit, car le rouleau compresseur de la justice visible et invisible se met maintenant en marche.

Seule une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila permettra l’organisation d’enquêtes internationales dans des conditions appropriées et la mise en route d’une vraie justice pour les massacres, les assassinats, les crimes contre l’humanité et les crimes de génocide commis en République Démocratique du Congo. A cet égard, la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) se réjouit de constater que toutes les forces vives congolaises, à l’exception de celles qui ont monté dans le bateau Titanic de Mr Joseph Kabila, ont rejoint sa pertinente vision d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila bien ficelée depuis décembre 2012. Ainsi, le Peuple Congolais est déterminé de monter dans le « Bateau de Noé » piloté par le visionnaire Armand MAVINGA TSAFUNENGA en vue de la mise sur les rails du Grand Congo du XXIème siècle, Siècle de la Justice.

1. La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo exige une enquête internationale indépendante et urgente sur les massacres du Kasaï

Il est indécent de demander ou de laisser un criminel mener des enquêtes sur ses propres crimes. Le pouvoir en place en République Démocratique du Congo a des comptes à rendre au Peuple Congolais et à la communauté internationale. Une enquête internationale indépendante s’impose d’urgence pour les massacres au Kasaï, comme pour celui des adeptes de Bundu dia Kongo. Outre les massacres, plus de 1.700.000  personnes sont déplacée au Kasaï. Une tragicomédie est créée pour ajourner sine die les élections en République Démocratique du Congo. Ceux qui croient habilement être en train de renvoyer aux calendes grecques leurs mauvaises élections, oublient qu’ils sont en train de précipiter leur fin inévitable.

La situation est très grave et aucun argument valable ne peut être avancé par le pouvoir en place pour empêcher une enquête internationale indépendante. L’Organisation des Nations Unies (ONU) notamment doit éviter d’être condamnée un jour dans l’histoire pour n’avoir pas agi, comme il se doit, face au plus grand holocauste après la seconde guerre mondiale. L’histoire de l’holocauste congolais est en train d’être écrite et personne ne pourra plus l’occulter.

2. La trompette de la justice a déjà sonné en République Démocratique du Congo

Quand la vie de tout un peuple est en danger, comme en République Démocratique du Congo, la communauté internationale ne peut avoir des arguments à avancer pour ne pas agir d’urgence». Des enquêtes internationales indépendantes doivent être menées sur des massacres, des assassinats, des crimes contre l’humanité et un génocide silencieux. Dans ce contexte, la justice est fondamentale. La mise en place d’un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo (TPI/RDC) s’impose d’urgence. 

Comme le souligne toujours le Président de 3C-RDC et Président National du MPDC, Mr Armand MAVINGA TSAFUNENGA, c’est la justice qui élève une nation et affermit le pouvoir, et non les massacres et le fait de semer la terreur dans la population. La justice permet d’avoir des institutions fortes et enracinées. Un peuple qui ignore ses morts est un peuple d’office mort et effacé du concert des nations. Le Grand Congo du XXIème siècle, cher à la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) et au Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC), s’investira profondément dans la justice en vue de la reconnaissance du génocide congolais, désormais appelé « CONGOCIDE » (vocable créé par le leader Armand MAVINGA TSAFUNENGA en 2004). Le Grand Congo sous la présidence de ce dernier sera Etat de droit modèle et un pays respecté et respectable dans le monde. Notre pays sera bien présent dans les arènes de la justice internationale et développera sa propre branche de la justice internationale, face à l’ampleur du génocide congolais qui est le plus grand holocauste après la seconde guerre mondiale. Comme l’indique toujours la 3C-RDC et le MPDC, la justice devra être une autre façon d’appeler le Grand Congo du XXIème siècle qui sera au cœur du nouvel humanisme du IIIème millénaire, Millénaire de la Justice.

3. Urgence d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila en tant que processus adapté et incontournable de justice

La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) note que beaucoup d’acteurs de l’opposition et de la société civile, dont de grands partis politiques, ont décidé de monter sans la moindre hésitation dans le bateau Titanic de Mr Joseph Kabila avec sa majorité illégitime. Ils ont tous privilégié leurs intérêts personnels au détriment de ceux du Peuple Congolais et de la République Démocratique du Congo. Ils auront une lourde responsabilité dans l’histoire de notre pays.

Il n’y a plus de doute possible, la République Démocratique du Congo va tout droit vers l’accomplissement de la transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila préparée depuis 2012 par la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC). Toutes les forces vives congolaises rejoignent sans la moindre hésitation la vision d’une transition exceptionnelle de 3C-RDC.  Le bateau de la transition de 3C-RDC, « Bateau de Noé » piloté par Armand MAVINGA TSAFUNENGA, est donc prêt à accueillir toutes les forces vives congolaises pour un nouveau voyage vers un destin sûr et radieux du Peuple Congolais au XXIème Siècle. Tout le monde reconnait aujourd’hui le rôle de précurseur d’une transition exceptionnelle joué depuis longtemps par la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) et le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC). Dès 2012, la 3C-RDC avait prévenu le Peuple Congolais et la communauté internationale qu’il n’y aura pas d’élections avec Joseph Kabila en 2016. Diriger, c’est savoir prévoir et anticiper. Les faits lui donnent raison. Ceux qui ont un grand destin ont souvent un sens prophétique.

Dans la foulée des dialogues forcés et incompatibles avec les vraies valeurs du « Muntu », injustes, déséquilibrés et non inclusifs en 2016, la 3C-RDC et le MPDC ont indiqué qu’il n’y aura pas d’élections en 2017. Les faits leur donnent raison. Un glissement inutile est donc donné à Mr Joseph Kabila et à toutes les institutions toujours hors mandat. Tout processus politique qui ignore la volonté du Peuple Congolais de départ sans condition de Mr Joseph Kabila du pouvoir est un processus injuste, humiliant et antidémocratique. Tout processus politique qui ignore la dimension globale et profonde de la grave crise congolaise est un processus suicidaire, inadapté et injuste voué à l’échec. C’est scandaleux de réduire la crise congolaise en une crise électorale. Seule une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila permettra de mettre la République Démocratique du Congo sur les rails des Etats de droit modernes en vue de la mise en place de la « Démocratie du Muntu » où il n’y aura plus jamais d’élections truquées, criminelles et contestées.

Il est important de mettre fin définitivement aux bals honteux de partage des postes sur le sang de la population congolaise massacrée. Il faut mettre fin à la classe des délinquants et prostitués politiques qui ont fait de la politique un simple métier ou un travail de fonctionnaires pour nourrir leurs familles et proches. Il faut un renouvellement profond et suivi de la classe politique congolaise en impulsant notamment la jeunesse. Il s’agit d’une transition pour un vrai nouveau départ de la République Démocratique du Congo. Une transition des visionnaires et missionnaires politiques. Ainsi, nous avons aujourd’hui une chance inouïe de changer le destin de notre peuple qui a tant souffert et de notre pays relégué scandaleusement au dernier rang mondial dans tous les domaines clés. La 3C-RDC est ouverte à tous les acteurs politiques, sociaux, culturels et économiques qui acceptent sa vision pour un nouveau et un Grand Congo du XXIème siècle. La 3C-RDC et le MPDC bâtiront une société de femmes et d’hommes égaux en droits, en devoirs et en dignité.

Il est important de souligner que la sécurité du Président sortant, de ses membres de famille  et de tous ses collaborateurs sera assurée dans le contexte global de la justice et de la sécurité des personnes et des biens. La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) et le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) invitent le Peuple Congolais  à monter sans plus tarder dans le « Bateau de Noé » piloté par Armand MAVINGA TSAFUNENGA pour assumer son destin d’un grand peuple et d’une grande nation dans le monde.

Ainsi fait à Paris, le 06 juillet  2017

Le Président de 3C-RDC

Armand MAVINGA TSAFUNENGA
Président national du MPDC et Porte-parole du Groupe ad hoc pour la
Transition en République Démocratique du Congo (GT-RDC)

LAISSER UN COMMENTAIRE